Table ronde L’homosexualité à l’adolescence (Adolescents)

Rôle des lignes téléphoniques J. Chambry Fondation Vallée, 7 rue Bensérade, 94250 Gentilly, Conseiller clinique EPE-Ile de France, France

L’

adolescence est une période de mutation sous la pression du processus pubertaire. Le corps se modifie, la construction identitaire s’accélère, la sexualité génitale devient accessible. Il peut arriver que l’adolescent ressente une attirance pour un copain ou une copine du même sexe. Cette attirance peut être source de questionnement voire d’angoisse sur une possible homosexualité ou bisexualité. Avec qui partager ces interrogations ? Plusieurs lignes téléphoniques permettent d’avoir accès à des interlocuteurs neutres qui peuvent accueillir ces demandes voire parfois apporter des réponses. Peu à peu, ces attirances peuvent devenir expériences, se transformer en de vraies rencontres. L’homosexualité apparaît alors comme une possibilité pour l’adolescent. Au-delà de ce que l’adolescent ressent au fond de soi, faire face au regard des autres, au jugement encore souvent fréquent sur l’homosexualité est bien difficile : l’adolescent peut se sentir seul avec ses impressions ou ses doutes. Cela peut entraîner une grande souffrance, voire des idées suicidaires. Il est rarement facile « d’assumer » son homosexualité. Au moment de la puberté, lorsque le jeune adolescent découvre qu’il est attiré par des personnes de son propre sexe, sa vie est totalement chamboulée. Il devient détenteur d’un secret qu’il a bien sûr envie de partager. Mais avec qui  ? L’adolescent sait que s’il parle, il risque de se mettre en danger. L’adolescent se sent différent de ses copains et copines et il a peur de s’exposer à des critiques parfois violentes. Il se sent souvent très isolé(e) et au début, il peut ressentir de la honte ou de la culpabilité. Choisir de révéler son homosexualité est une démarche difficile, pour tous et quel que soit son âge. Beaucoup d’adolescents homosexuels ont en effet l’impression qu’ils ne peuvent en parler à personne. Ils appréhendent énormément la réaction de leur famille et de leur entourage et ils ont par conséquent très peur d’apprendre leur homosexualité à leurs proches. Se cacher, se taire, et mentir peuvent parfois sembler être la seule solution pour se protéger des réactions négatives – réelles ou supposées – de l’entourage. Il hésite à se confier, par peur de ne pas être compris ou d’être rejeté. Les lignes téléphoniques permettent de trouver un interlocuteur qui ne jugera pas, qui respectera l’adolescent en tant qu’individu et qui l’écoutera en toute confidentialité. Il arrive que la souffrance liée à l’isolement mais aussi parfois en suite aux agressions homophobes, soit trop forte et que le suicide apparaisse comme la seule voie possible.

Correspondance : Jean.chambry[email protected]

128 © 2015 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Archives de Pédiatrie 2015;22(HS2):128

Pouvoir bénéficier d’une écoute bienveillante qui permet de replacer le cadre de la loi face à l’homophobie et d’accompagner vers des lieux de soins est indispensable. La découverte de l’homosexualité est un moment difficile à traverser pour l’adolescent, mais également pour ses parents. Si les mentalités ont beaucoup évolué ces dernières années, le coming out reste une étape difficile pour l’adolescent, en pleine construction de son identité. Il n’est déjà pas toujours simple d’effectuer le passage de l’adolescence, que dire alors quand le jeune se découvre une orientation sexuelle qui ne correspond pas à la norme ambiante ? Les parents ont un rôle essentiel à jouer, car ils sont en première ligne et ont une importance affective primordiale pour le jeune. Même si la révélation de l’homosexualité de leur enfant est un choc, ils sont les mieux placés pour l’accompagner à accepter son identité et l’aider à se construire une vie épanouie. Fort de ce soutien, le jeune aura déjà moins de difficultés à se faire accepter par les groupes dans lesquels il est inséré. Les lignes téléphoniques de soutien à la parentalité permettent de guider les parents face à leur questionnement. Les parents ne doivent pas enfermer leur adolescent dans une case. Ils ne doivent pas interpréter des signes qui n’en sont pas. Les adolescents se recherchent. La peur de la différence, celle de l’autre sexe notamment, les incite parfois à chercher du « même » pour se rassurer. Ces expériences ne les inscrivent pas de manière définitive dans une orientation sexuelle. Il est important que les parents se montrent ouverts, sans être intrusifs. Si l’adolescent déteste que ses parents évoquent sa sexualité, il attend d’eux qu’ils respectent son sentiment amoureux. À cet âge, l’amour compte plus que l’attirance physique. Ce n’est pas parce qu’il ou elle est homo qu’il faut éluder ce sujet. Certains parents sont en difficultés face à leurs convictions religieuses ou pensent encore que l’homosexualité est un trouble qui doit être prise en charge. Il est important d’accueillir leurs questions avec bienveillance et d’y répondre sans ambiguïté pour leur permettre de trouver leur place auprès de leur adolescent. L’espace téléphonique permet de pouvoir partager les représentations des adolescents et des parents autour de l’homosexualité et d’apporter des réponses les plus concrètes possibles. Pour de plus amples informations : www.filsantejeunes.com ; www.epe-idf.com

[The role of the telephone].

[The role of the telephone]. - PDF Download Free
130KB Sizes 0 Downloads 6 Views